Fermer

Un lycée de campagne

                                     Un lycée de campagne

  • Après une première expérience d’enseignement dans un lycée d’une petite ville de 5000 habitants, je souhaite faire un bilan de la vision de la philosophie par les élèves de terminale.
  • Les élèves apprécient de pouvoir s’exprimer, ils sont relativement curieux et posent beaucoup de questions. Ils ont plus de curiosité pour le thème en lui-même que pour les auteurs, qui semblent souvent leur faire peur.
  • Dès qu’il s’agit de les faire disserter ou utiliser des arguments employés par les auteurs c’est le blocage. Tandis qu’ils savent mener une réflexion et répondre à des questions sur ce qu’ils pensent au sujet d’une question. Ils savent nuancer et trouver des exemples, et remettre en question les préjugés.
  • Le passage à l’écrit est souvent source de confusion et d’échec pour eux. Ils ont en outre une incapacité totale à lire un texte et à l’exploiter.
  • Il apparaît quelques points très positifs, le dialogue avec l’enseignant n’est pas refusé. Si ils n’ont pas une réelle compréhension de ce qu’est la philosophie ils n’ont pas une attitude de rejet et essayent eux-même d’avoir une réflexion.
  • Cependant dès qu’ils sont évalués ils se sentent incapables alors qu’ils sont très pertinents et vifs d’esprit à l’oral.
  • Ils ont beaucoup de difficultés à prendre en note les éléments donnés par le professeur, et ne peuvent pas assimiler de nombreuses idées nouvelles pour eux.
  • Même les bons élèves ont de grosses lacunes dans la connaissance du français tant dans sa syntaxe que dans son vocabulaire.

Par MG le mercredi 26 janvier 2011, 20:05

Revenir en haut
%d blogueurs aiment cette page :